Nos soldes d'hiver, économisez jusqu'à -70%

Wingfoil nos réponses à vos questions

Le wingfoil : nos réponses à vos questions

Le wingfoil :

comment fonctionne-t-il ?

Le wingfoil est le sport de glisse qui connaît une grande popularité depuis quelques années. Mais comment fonctionne une wing ? Vous avez beaucoup de questions sur ce sport : nous y répondons pour vous aider à vous y mettre.

1. Pourquoi faire du wingfoil ?

Pour voler au-dessus de l’eau, même quand le vent est faible. Parce qu’on peut éprouver des sensations que les surfers et les kitesurfers peuvent ressentir : on va plus vite, on vole. C’est un sport qui rend libre : on utilise le vent et la houle. Le wingfoil reste relativement facile d'accès, on peut assez rapidement profiter de ses sorties.

C'est aussi un sport complet qui permet de travailler les muscles profonds et son équilibre.

2. Comment fonctionne le wingfoil ?

Concrètement, pour faire du wingfoil, le rider a besoin d’une voile et d’une planche large de type SUP. Cette planche, assez large pour être bien stable et assurer une bonne flottaison, est équipée d’un hydrofoil placé en dessous. L’aile permet de se servir du vent pour avancer et gagner en vitesse. L’hydrofoil augmente l’hydrodynamisme de la planche : elle avance plus vite et en pompant avec ses jambes, le rider peut s’élever au-dessus des flots.

Un hydrofoil est composé d’un mât auquel sont fixées 2 ailes avant et arrière. Il augmente la portance de la planche, c’est-à-dire sa capacité à s’élever. Il joue aussi un rôle de stabilisateur (c’est le rôle de l’une des 2 ailes) et dans la vitesse.

Comme le kite et la planche à voile nous allons changer la taille de l'aile en fonction du vent, du poids du rider et des conditions météorologiques. Pour bien choisir son matériel, consultez notre guide d’achat spécial wingfoil : sachez que c’est votre gabarit qui détermine la planche et la voile adéquates pour vous.

3. Quelle vitesse en wingfoil ?

Lorsque l'on débute : 13-15 nœuds de vent, mais pas par vent de terre. Le mieux est le vent on shore ou side shore pour revenir plus facilement au bord du plan d’eau.

Pour éviter d’aller trop vite, il faut apprendre à positionner l’aile au-dessus de sa tête et sa main arrière qui contrôle la puissance, sans toutefois tirer trop fort avec elle. Vouloir aller vite est tentant en wing foil, mais quand on démarre, mieux vaut aller à une vitesse modérée. Aussi, mieux vaut ne pas aller trop tôt dans les vagues.

En matière de sécurité, il faut évidemment faire attention aux autres riders aux alentours et éviter les plages bondées. Attention, il faut se protéger quand on fait du wing foil : la veste d’impact et le casque sont indispensables lors des chutes !

4. Quel vent pour le wingfoil ?

Un vent régulier, de 12 à 16 nœuds, est parfait pour commencer le wingfoil. Cela permet de travailler sa stabilité, sans fournir trop d’effort avec la voile, surtout au moment du démarrage. C’est donc la vitesse de vent idéale pour démarrer et apprendre progressivement à maîtriser son matériel et les conditions de l'eau et le vent.

Un rider de niveau avancé pourra naviguer jusqu'aux environs de 40 noeuds.

5. Comment placer ses pieds sur une planche de wingfoil ?

Les appuis sur la planche ont une grande importance : ils agissent directement sur le pilotage et la stabilité du wingfoil. Ils doivent être disposés de manière à avoir le contrôle sur le flotteur. Le pied arrière se place sur l'embase du foil appelé tail et l’écartement des jambes doit correspondre à la largeur des épaules.
Pour décoller, vous devrez donc reculer votre pied arrière et chercher la sensation de cambrage.
A ce moment là, vous devrez rebasculer votre poids vers l’avant de façon à se que la planche se replace horizontalement
N’hésitez pas à vérifier l'emplacement de vos pieds lors de vos premiers vols.

6. Comment pomper en wingfoil ?

Pour faire sortir le foil de l’eau ou pour conserver de la vitesse, le pumping redonne du dynamisme à votre vol. Il permet de décoller plus rapidement quand le vent n’est pas assez fort. Cette option est relativement physique : on donne une impulsion sur la jambe arrière pour faire cabrer la planche et on remet du poids sur la jambe avant pour apporter de la portance et de l'équilibre au foil. Cette technique se fait avec les jambes, en alternant flexions et extensions sur la planche pour avancer. La coordination des 2 assure l’efficacité du pumping.

Il vous faudra pratiquer et repratiquer encore pour y arriver, cette maneouvre demande une bonne maîtrise et un bon cardio.

7. Comment tourner en wingfoil ?

Jiber permet d’opérer un demi-tour ou d’enchainer des surfs et des boards sans jamais quitter le fun du vol sur une vague. Cela procure une excellente sensation d’accélération.
Faites en sorte de placer la wing au-dessus de votre tête pour prendre de la vitesse en pompant. Une fois que vous avez pris de la vitesse, amenez vos mains proches d'une oreille et jouez avec la force du vent pour tourner la wing.

Inclinez la planche vers l'eau, avec l’aile horizontale au-dessus de votre tête.
Une fois l'aile au-dessus de votre tête, changez la position de vos mains quand vous êtes sous le vent, de telle façon que vous tourniez l’aile tout en continuant à attacher la courbe.
Pour le changement de pieds, deux solutions : soit switcher ses pieds avant de déclencher le virage ou après le virage. La meilleure des méthodes est celles que vous adopterez, suite à de nombreux tests et chutes... La wing est aussi un sport de sensations personnelles.

Afin de switcher vos pieds avec le plus d’équilibre possible, positionnez l’aile un peu plus au-dessus de la tête afin de mieux voir vos trajectoires.

8. Quelles sont les meilleures conditions pour s'initier à la wing ?

Une plage de sable fin, un vent entre 12 et 15 nœuds, une orientation du vent side shore (sur le côté) ou onshore (qui vient de la mer). Evitez le vent offshore (de terre) : il est fortement déconseillé de naviguer avec du vent offshore. Le vent est rafaleux et les risques de dériver vers le large sans pouvoir revenir sur la plage sont nombreux.

9. Comment progresser en wingfoil ?

N'hésitez pas à vous rapprocher d'une école pour vous perfectionner. Il n’y a pas de secret : il faut tomber pour mieux se relever ! Le mot d'ordre est : ne pas lâcher.
La pratique reste la meilleure manière de progresser.

10. Comment se protéger en wingfoil ?

Porter une combinaison intégrale, une veste d'impact, des chaussons et un casque sont vivement recommandé, car le mât du foil et son set d’ailes ont des bords de fuite coupants… Un choc lors d'une chute peut créer des blessures assez graves.

Payez en plusieurs fois avec Alma ▼

Soyez futé pour vous équiper : payez en plusieurs fois avec Alma et craquez pour le matériel de kitesurf, de windsurf, de stand up paddle ou de wingfoil de vos rêves sans perturber votre budget.

Abonnez-vous à notre newsletter ▼

Ne ratez aucun de nos articles de notre blog, de nos offres exclusives, de nos promotions régulières, de nos nouveautés. Abonnez-vous à notre newsletter et économisez 10% sur votre prochaine commande.